Projet de loi Outre-mer : nos compatriotes ultramarins méritent mieux que des effets d’annonce

Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard se sont abstenus lors du vote du projet de loi relatif à l’égalité réelle outre-mer, mardi 11 octobre.
Les Outre-Mer se rappellent au bon souvenir du gouvernement à quelques mois des échéances électorales. Relégué en fin de quinquennat, ce projet est une ébauche sans ambitions qui ne fait que repousser les réformes en Outre-Mer vers un horizon incertain.

Initialement très pauvre, le projet de loi sorti en commission accumule les articles superflus qui ne règleront pas les problèmes liés à la pauvreté, à l’emploi, aux carences sociales, décuplés par rapport à la Métropole. Les plans de convergence sont des coquilles vides qui ralentissent le développement des Outre-Mer. En se contentant d’inscrire la continuité territoriale comme un enjeu de souveraineté et une priorité de l’Etat, le projet demeure dans l’incantatoire. Les aides prévues pour le rapatriement d’un défunt ou l’alignement de certains tarifs postaux entre la Métropole et l’Outre-Mer sont positives mais devraient s’inscrire dans un grand ensemble de mesures nécessaires au renforcement de la solidarité entre Ultramarins et Métropolitains. En étendant les prestations sociales à Mayotte, le gouvernement crée un appel d’air supplémentaire à l’immigration comorienne dont les effets ravagent un département déjà paupérisé : les aides sociales doivent être réservées qu’aux Mahorais. La politique maritime est la grande oubliée de ce projet alors qu’elle constitue le vecteur essentiel du développement économique des Outre-Mer.

Le pouvoir régalien continue son retrait progressif des Outre-Mer au bénéfice d’une Union européenne qui les méprise. Or, le développement des Outre-Mer est indispensable au renforcement de l’unité entre les Français métropolitains et ultramarins. Le Front National est le seul mouvement qui consacrera un grand plan quinquennal pour les Outre-Mer : effacer les exceptions au principe d’égalité, réorienter le budget alloué à Bruxelles au profit d’un programme de continuité territoriale entre Métropole et Outre-Mer, instaurer la priorité nationale pour nos compatriotes ultramarins, développer les zones franches pour faciliter l’investissement des PME, mettre en valeur les richesses naturelles et notamment les ressources marines. Il en va du devenir de notre grandeur.

Explosion du chômage en France et en PACA : communiqué de presse de Marion Maréchal-Le Pen

Les derniers chiffres du taux de chômage pour le mois d’août publiés par le gouvernement sont effarants, tant au niveau national que régional. Il s’agit en effet de la plus forte hausse enregistrée depuis le mois d’avril 2009 !

La région PACA n’est pas épargnée par ces tristes résultats : près de 4000 nouveaux chômeurs pour la seule catégorie A. Toutes catégories confondues, la progression s’élève à 2,6% sur l’ensemble du trimestre : un record… Comparé aux autres départements de la région, le Vaucluse est le département le plus touché avec une « progression » en août d’1,5 pour la catégorie A et d’1,9% avec les autres catégories (La Provence du 27/10/2016).

Ces résultats désastreux sont d’abord ceux du Président de la République et de Mme El Khomri, son ministre du travail qui, à ce rythme, deviendra bientôt la ministre du chômage. Aplatis devant Bruxelles, trahissant jour après jour les entreprises françaises, les accablant de charges toujours plus lourdes, leur compliquant la vie sur le terrain administratif, n’assurant pas la sécurité sur le territoire national, mettant en concurrence des immigrés ou des clandestins avec des travailleurs français, jamais ils ne pourront inverser cette courbe, bien que ce fut un engagement de campagne du candidat Hollande. A moins de tricher avec les chiffres … Ça ne serait pas la première fois.

Au niveau local, ces résultats montrent également l’incroyable inefficacité de M. Estrosi qui, au-delà des effets d’annonces tonitruants dont il est coutumier, est incapable de redresser la situation économique de la région PACA héritée de ses prédécesseurs, le développement économique étant pourtant l’une des compétences phares attribuées à la région, dotée pour ce faire de moyens conséquents. Et dans ce marigot, le Vaucluse semble avoir été particulièrement délaissé.

Pour MM. Hollande et Estrosi, manifestement, « les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent », comme le disait en son temps M. Chirac. Le chômage est la préoccupation majeure des Français. Tous ont promis. Tous ont trahi. Leur programme économique a définitivement échoué. Le nôtre est partagé, rappelons-le, par huit prix Nobel d’économie autrement plus au fait que les « experts journalistes » autoproclamés. Pour ceux qui veulent vraiment travailler, il n’y a qu’un seul choix pour 2017 : Marine !

8 mesures parlementaires pour lutter efficacement contre l’islamisme

Aujourd’hui, mardi 19 juillet 2016, les députés FN/RBM, Marion Maréchal Le Pen, député de Vaucluse, et Gilbert Collard, député du Gard, ont tenu une conférence de presse à l’Assemblée nationale, suite au terrible attentat survenu à Nice le jour de fête nationale. Lors de cette conférence, 8 mesures parlementaires ont été annoncées afin de lutter efficacement contre l’islamisme.

Les députés FN/RBM :

• Vont soumettre une pétition aux députés pour demander la dissolution de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), branche des frères musulmans liée à l’islam radical et gérant de nombreuses mosquées et associations en France.
• Vont déposer une résolution réclamant la suspension immédiate de l’espace Schengen, étape préalable avant la dénonciation des dits accords. Le rétablissement des frontières est une condition nécessaire à l’application effective des expulsions du territoire, des interdictions de territoire ainsi qu’à la lutte contre l’immigration clandestine ou contre le trafic d’arme.
• Vont demander la nomination d’une commission d’enquête parlementaire pour assurer le suivi des fermetures des mosquées radicales et les associations intégristes.
• Vont demander une commission d’enquête sur le financement de l’islam en France et du culte musulman afin d’avoir une meilleure visibilité sur l’influence de financements étrangers émanant de pays vecteurs d’un islam intégriste et soutenant le terrorisme islamiste dans le monde.
• Vont déposer une proposition de loi pour demander l’expulsion immédiate des étrangers condamnés pour crimes et certains délits graves. Les étrangers qui s’attaquent à la France et la République ne peuvent pas rester sur le territoire en continuant de bénéficier de l’hospitalité et de la générosité française.
• Vont déposer une proposition de loi pour réformer le droit d’asile, devenu aujourd’hui une nouvelle filière d’immigration clandestine et une voie majeure d’infiltration des terroristes.
• Vont déposer une proposition de loi sur la suppression du droit du sol et l’arrêt du regroupement familial.
• Vont déposer une proposition de loi pour élargir les cas de déchéance de nationalité aux radicalisés binationaux ainsi qu’aux naturalisés condamnés pour crimes ou délits graves.
Une politique volontariste est impérative afin de protéger nos concitoyens. La guerre contre l’islam radical n’a toujours pas commencé en France. Il est nécessaire que des mesures soient prises en amont. Les députés FN/RBM mettront toute leur énergie pour rassembler et protéger les Français.

Travailleurs détachés : et si Christian ESTROSI faisait passer l’intérêt général avant les intérêts partisans ?

Communiqué du 12 juillet 2016

A la suite des incidents survenus au Conseil régional voici 15 jours (le groupe FN ayant quitté l’hémicycle à la suite d’insultes répétées provenant des rangs UDI-LR), les proches de Christian ESTROSI, ont répandu dans la presse une vison tout à fait mensongère de la participation de notre groupe aux travaux de l’assemblée. Bien loin de la caricature dépeinte, lors des sessions plénières, en commission, tout comme dans les organismes où ils siègent, nos élus sont guidés par le souci de l’intérêt général. Une attitude bien éloignée de la gestion partisane et sectaire de Christian ESTROSI.

Ainsi, lorsque le 8 avril 2016 notre groupe avait proposé au Conseil régional l’adoption d’une motion visant à lutter contre l’utilisation des travailleurs détachés sur les chantiers relevant des marchés publics de la région à travers une clause sur l’usage du français, Christian ESTROSI avait balayé celle-ci d’un revers de la main et appeler ses élus à la rejeter.

Mercredi, à l’occasion de la séance plénière du Conseil Régional, nous présenterons à nouveau une motion visant à lutter contre la concurrence déloyale des travailleurs détachés Christian ESTROSI choisira-t-il cette fois-ci de se départir de son sectarisme pour défendre avec nous l’intérêt des travailleurs nationaux et de nos petits et moyennes entreprises ?

Marion MARECHAL-LE PEN

Loi “Egalité et citoyenneté” : déchaînement d’électoralisme pour un gouvernement en perdition. Notre communiqué.

Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard ont voté contre le projet de loi « égalité et citoyenneté » mercredi 6 juillet.
Le gouvernement a rédigé un composé de toutes les lubies de la gauche sociétale. D’une incohérence législative absolue, le projet de loi « égalité et citoyenneté » englobe des propositions allant de la mixité au sein des logements sociaux à la suppression de la condition de nationalité dans certains métiers.

Le projet restreint la liberté d’enseignement en remplaçant le système de déclaration par celui d’autorisation préalable pour ouvrir un établissement d’enseignement hors-contrat. Avec la complicité de l’Union européenne, les socialistes régentent l’autorité parentale en interdisant la fessée.

L’imposition de la mixité sociale dans les logements sociaux est faite dans la négation des réalités du terrain. L’attribution de 25% de logements pour les ménages les plus défavorisés en dehors des quartiers prioritaires aggrave les contraintes pesant sur les communes. Dans un même temps, les sanctions à l’encontre des communes carencées en logements sociaux sont renforcées alors que les prérogatives communales en matière d’attribution sont affaiblies au bénéfice des EPCI et du Préfet.

Sous couvert de lutte contre les discriminations, le gouvernement jette la suspicion sur nos compatriotes en exigeant des chargés de recrutement qu’ils participent à une formation sur la non-discrimination à l’embauche. Faire la part belle à « la diversité de la société française » dans les médias dissimule une discrimination positive qui ne dit pas son nom, contraire à la méritocratie républicaine. La prohibition de toute discrimination à l’inscription des enfants dans les cantines scolaires pourrait légitimer des revendications alimentaires heurtant le principe de laïcité.

Les élus FN-RBM s’opposent à un projet porté par des intérêts électoralistes, où la moraline ouvre la voie aux dérives liberticides et communautaristes. Les communes doivent être débarrassées du diktat de la mixité sociale, la priorité nationale instaurée pour désengorger un parc de logements sociaux saturé par une immigration incontrôlée, les politiques promouvant « la diversité » et le repli communautaire doivent faire place à une politique d’assimilation exigeante.

Explosion du nombre de cambriolages dans les villes du Vaucluse

« Ça va mieux », déclarait F. Hollande le 14 avril dernier… Force est pourtant de constater que sur le plan sécuritaire entre autres, la situation ne s’arrange pas dans le Vaucluse, bien au contraire puisque, sur les quatre premiers mois de 2016, ce département enregistre une augmentation de plus de 10 % des cambriolages contre 4 % pour la moyenne nationale (627 cambriolages commis entre janvier et avril dans les zones Avignon, Carpentras , Orange et Cavaillon). Carpentras et Avignon, toutes deux gérées par des maires socialistes, remportent la palme de l’insécurité, l’augmentation des cambriolages tutoyant les 20% dans ces villes !

La sécurité des Français, qui manifestement ne préoccupe en rien nos dirigeants nationaux ou locaux, demeure une priorité absolue pour le Front National. Ainsi, les flux migratoires vers la France doivent être stoppés sans délai, la carte de l’insécurité recoupant fidèlement la carte de l’immigration. Une politique de tolérance zéro doit être également instaurée afin de briser ce sentiment d’impunité dont jouissent actuellement tous les délinquants. De la même façon, il y a urgence à construire de nouvelles prisons et à mettre un coup d’arrêt au laxisme judiciaire encouragé par les gouvernements de gauche comme de droite. Enfin, les effectifs de police et de gendarmerie, qui ont été supprimés depuis 2005, doivent être reconstitués au plus vite. Effectivement, en mettant en œuvre ces mesures de bon sens, « ça ira mieux » pour la première des libertés.

Législative partielle dans les Alpes-Maritimes : le FN progresse de 15% face à Estrosi !

Ce dimanche, le candidat du Front National, Michel Brutti, a rassemblé 36% des électeurs lors de l’élection législative partielle se déroulant dans la 5ème circonscription des Alpes-Maritimes. Le FN progresse de 15% par rapport à l’élection de 2012 !

Cette circonscription regroupant les quartiers Ouest de Nice et le moyen et haut-pays niçois est le cœur du système Estrosi que notre candidat a inlassablement dénoncé pendant cette campagne. Non seulement Christian Estrosi en était le député jusque là, mais les cantons niçois de cette circonscription ont vu l’élection de son ex-femme et de son héritière à l’Assemblée. Quant aux vallées, elles sont considérées comme des “fiefs” estrosistes. Si Christian Estrosi n’était “que” suppléant de la candidate, son nom était écrit en plus gros que celui de cette dernière sur les tracts !

Et pourtant, face à Christian Estrosi lui-même donc, notre candidat a progressé de 5% entre les deux tous, mais amplifie le résultat obtenu lors de la précédente législative de 15%. Dans certains bureaux niçois ou certaines communes la progression entre les deux tours dépasse 20% !
Cet excellent résultat démontre une fois de plus que le système Estrosi s’affaiblit scrutin après scrutin, et je tiens à féliciter Michel Brutti et le FN des Alpes-Maritimes pour ce score.

Blocage des raffineries : gouvernement et CGT deux minorités qui bloquent les Français.

Toutes les raffineries françaises sont à l’arrêt ou au ralenti à cause des blocages initiés par la CGT. La pénurie en essence s’étend à 20% des stations-service du pays et le mouvement concerne également les centrales nucléaires.

Nos compatriotes sont pris en otage par deux minorités : le Gouvernement, dépourvu d’une réelle majorité parlementaire, et la CGT, syndicat groupusculaire ne représentant que 2.62% des salariés. Pour l’organisation d’extrême-gauche, le droit de grève équivaut à bafouer les droits des Français à se déplacer et à travailler. Ces syndicalistes, ultimes adeptes d’une lutte des classes périmée, n’ont aucun scrupule à infliger à leurs concitoyens des difficultés supplémentaires dans leur quotidien. Nos entreprises, qui ne sont pas bénéficiaires de la loi Travail, voient leur trésorerie fragilisée et risquent d’être contraintes de mettre leurs salariés au chômage technique.

Les agissements d’une CGT sectaire et ultra-minoritaire démontrent le niveau d’impuissance du gouvernement socialiste. L’Exécutif, tétanisé par les défections au sein de sa majorité, laisse une minorité imposer à 98% de Français ses méthodes liberticides. Pendant ce temps, les investisseurs étrangers sont spectateurs de scènes affligeantes qui ne les incitent pas à investir dans notre pays, et notamment dans un secteur aussi stratégique que le pétrole.

Que Manuel Valls cesse d’avoir la main qui tremble et assume son autorité en faisant cesser cette stratégie du chaos alors que nous vivons sous état d’urgence. Il est temps que le Gouvernement cesse de vouloir imposer une loi sans intérêt qui ne répond pas aux problématiques et aux attentes des TPE/PME.

Honneur à l’adjudant Alain Nicolas

Même si le sacrifice suprême est intrinsèquement lié à l’engagement des militaires et des policiers, c’est toujours une immense tristesse de voir tomber l’un d’entre eux, en service, au champ d’honneur.
L’adjudant Alain NICOLAS, qui servait au PI2G D’ORANGE, vient de nous quitter à l’âge de 38 ans, en tentant d’appréhender un forcené dans le VAR. Il laisse derrière lui une femme et deux enfants, des parents, des amis, ainsi que de nombreux frères d’armes plongés dans la douleur. Demain, l’adjudant NICOLAS méritera plus que quiconque les honneurs et l’hommage qui lui seront rendus au cours d’une cérémonie à Orange.
A sa famille, à ses camarades, j’apporte tout mon soutien dans cette terrible épreuve, et je tiens aussi à leur témoigner la grande considération et la très haute estime que j’ai pour les serviteurs de la Nation qui œuvrent au sein de la gendarmerie, de la police et des armées, ne l’oublions jamais, au péril de leur vie.

Diméthoate ®: le gouvernement reste sourd au SOS de la filière Cerise Blanche

S’alignant sur le positionnement de l’ANCES et du ministre de l’agriculture, Matignon vient donc d’adresser une fin de non-recevoir à la demande de dérogation des industriels de la cerise blanche confite pour que leurs fournisseurs français puissent continuer à utiliser le DIMETHOATE®.

Bien qu’il ne subsiste aucune trace de DIMETHOATE® dans le produit fini (cerise confite), et bien que des cerises traitées au DIMETHOATE® continueront tout de même d’arriver sur les étals français, notamment par le biais des réexpéditions via les pays de l’U.E, le gouvernement prend le risque de voir s’éteindre une filière, vitrine du made in Provence, et d’envoyer plusieurs milliers d’actifs vers les guichets de Pôle Emploi. Cette décision, aussi lâche qu’irresponsable, a-t- elle pour but de donner des gages aux ayatollahs écologistes en vue de 2017 ? Quelles que soient les raisons, sans doute peu avouables, qui ont amené le gouvernement à rendre ce verdict, celui-ci poursuit sciemment son œuvre de destruction méticuleuse des tissus agricoles et industriels français.

Bientôt viendra l’heure du bilan et nul doute que tous les sacrifiés, paysans, ouvriers, industriels, entrepreneurs qui ne demandent qu’à travailler pour leur pays, sauront prendre leur juste revanche.

Ecrivez-moi