Laxisme d’Etat : des détenus se filment en prison

Bien que les téléphones soient interdits en prison, une dizaine de détenus incarcérés à la prison du PONTET se sont filmés sur leur lieu de détention, leur vidéo de 35 minutes ayant ensuite été diffusée sur internet.

Ces graves manquements sont hélas le résultat de la politique carcérale laxiste menée par le gouvernement et dictée par l’U.E. Cette dernière a notamment interdit les contrôles aléatoires qui permettaient entre autres de confisquer les téléphones et les armes.
Un gouvernement responsable et assumant pleinement ses fonctions régaliennes devrait s’attacher à restaurer au plus vite l’autorité des gardiens en leur donnant tous les moyens matériels et humains pour se faire respecter. Il devrait aussi multiplier le nombre de places dans les prisons afin de pouvoir séparer les détenus en fonction du délit commis et afin d’isoler les radicaux. La création de 40000 places supplémentaires, préconisée par le Front National, classerait la France dans la moyenne européenne.

Enfin, le renvoi des délinquants étrangers permettrait également de réduire considérablement le phénomène de surpopulation carcérale qui rend possibles toutes ces dérives.

Vote de la motion de censure : redonnons la parole au peuple de France !

Communiqué de presse de Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard

Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard ont voté en faveur de la motion de censure contre le gouvernement jeudi 12 mai.
Le gouvernement mobilise une énième fois le texte fondateur de la Vème République pour faire passer une loi insignifiante et déconnectée des réalités du monde du travail. Le compromis, tant recherché mais jamais trouvé, a accouché d’un projet qui complexifie le code du travail.
Les multiples versions de la « loi Travail » symbolisent les doutes d’un gouvernement en perdition, incapable de prendre des mesures fortes en faveur des entreprises désireuses de se développer et de recruter. Les TPE-PME sont les grandes oubliées : aucun dispositif ne relève les obligations les plus contraignantes au seuil supérieur, le forfait-jour s’arrête aux portes des TPE-PME, le très nébuleux compte pénibilité n’est pas supprimé. L’aménagement du temps de travail sur neuf semaines ne protège pas suffisamment les salariés des risques de chômage technique.
Le carcan des 35 heures devrait être assoupli par la défiscalisation des heures supplémentaires et non par l’instauration d’un dispositif qui abaisse la rémunération des heures supplémentaires jusqu’à un plancher de 10%, avec le risque de provoquer une importante déflation salariale dans certaines professions.
Le projet n’améliore pas le dialogue social dans les petites structures : en effet, le mandatement d’un salarié dans les entreprises dépourvues de délégués instille un rapport de force préjudiciable à la stabilité de l’entreprise.
Manuel Valls n’a plus que l’arme du 49.3 pour maitriser des « frondeurs » aux yeux desquels les postes valent mieux que les convictions. Néanmoins, l’ampleur de l’opposition paralyse un gouvernement isolé dépourvu de légitimité. La déroute de l’Exécutif aggrave chaque jour la crise profonde que subit notre pays. La France et les Français ne peuvent pas attendre une année supplémentaire, l’urgence s’impose de dissoudre l’Assemblée nationale.

L’Elysée doit renoncer à la programmation du rappeur “Black M” pour le concert commémoratif de Verdun !

[Communiqué de presse de Stéphane Ravier et Marion Maréchal-Le Pen]

L’Elysée doit renoncer à la programmation du rappeur “Black M” pour le concert commémoratif de Verdun !

Pour le concert de commémoration du centenaire de Verdun, l’Elysée a choisi le rappeur “Black M”, issu du groupe “Sexion d’Assaut”.
Le choix d’un rappeur est évidemment très critiquable pour un événement de ce type, rendant hommage aux Morts pour la France dans cette bataille historique et emblématique de notre histoire nationale, l’une des plus meurtrières de la Première Guerre Mondiale.?
Mais ce n’est pas tout. Dans la chanson “Désolé”, ce meme “Black M” qualifie la France de “pays de kouffars”, terme très péjoratif signifiant “mécréant”, utilisé dans la propagande anti-occidentale de Daesh ?

Il est inconcevable qu’un “artiste” qui insulte aussi violemment la France participe à un quelconque événement officiel de commémoration de notre Histoire nationale et d’hommage à nos combattants ?

Nous demandons solennellement à l’Elysée, au vu des graves paroles anti-Francaises de cet individu et par respect pour nos ainés morts dans les tranchées, d’annuler immédiatement sa programmation à ce concert commémoratif.

Recours au 49.3 : un coup de force pour une loi sans consistance

Communiqué de presse de Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard

Recours au 49.3 : un coup de force pour une loi sans consistance

Le Gouvernement a décidé de recourir à l’article 49.3 de la Constitution pour faire passer, sans débats, la loi dite « Travail » portant sur nouvelles libertés et protections pour entreprises et actifs. Après la « loi Macron » sur la modernisation de l’économie, c’est le second projet imposé contre la volonté de la représentation nationale. Incapable de constituer une majorité sur une réforme jugée prioritaire dans le quinquennat de François Hollande, le gouvernement décide de jeter à la poubelle des milliers d’amendements. Le mépris de l’Exécutif socialiste à l’égard du pouvoir législatif devient une marque de fabrique du « quinquennat normal » voulu par le président de la République. Les attentes des chefs d’entreprise et des salariés sont sacrifiées pour satisfaire au dogmatisme d’un pouvoir coupé des réalités du monde de l’entreprise. Soucieux de ne pas trop heurter les syndicats, le gouvernement a entériné une loi insipide loin d’effacer les multiples entraves à l’embauche et à l’investissement auxquelles sont confrontés quotidiennement les acteurs de l’économie réelle. Le coup de force du 49.3 retentit comme l’échec cinglant du gouvernement de Manuel Valls, dont l’impuissance est telle qu’il ne parvient plus à faire voter une loi sans intérêts, sans ambitions, n’apportant aucune solution à la simplification nécessaire au code du travail.

Adoption de la résolution sur la levée des sanctions européennes contre la Russie : l’Exécutif socialiste contraint de renouer avec l’intérêt national

Communiqué de presse de Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard

Adoption de la résolution sur la  levée des sanctions européennes contre la Russie : l’Exécutif socialiste contraint de renouer avec l’intérêt national

Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard ont voté en faveur de la résolution, adoptée par l’Assemblée nationale, demandant la levée des sanctions de l’Union européenne contre la Russie jeudi 28 avril.

Les sanctions économiques européennes à l’encontre de la Russie ont entraîné en retour un embargo russe sur les produits agroalimentaires de l’Union européenne. Nos agriculteurs se trouvent pris en otage par l’assujettissement de la France à la politique extérieure des Etats-Unis : fermeture de débouchés, baisse des prix des produits agricoles français à cause de la saturation du marché européen par les denrées allemandes, espagnoles ou polonaises rejetées du marché russe.

En soutenant les sanctions, le gouvernement socialiste sacrifie notre agriculture et l’intérêt national sur l’autel des intérêts atlantistes. En effet, pendant que nos échanges commerciaux avec la Russie sont en constante diminution, les Etats-Unis continuent de commercer avec les Russes, notamment par l’achat de technologies de pointe pour leurs satellites militaires.  Egalement, Moscou demeure un allié fiable et efficace dans la lutte contre l’organisation Etat islamique : la levée des sanctions constituerait un pas en avant dans le renforcement de la coopération contre le djihadisme au Moyen-Orient.

Le gouvernement doit respecter la volonté de l’Assemblée nationale en acceptant de se positionner en faveur de la levée des sanctions européennes. La russophobie idéologique de l’Exécutif socialiste et son alignement systématique sur les intérêts de Washington n’ont que trop discrédité la voix de notre Nation. L’adoption de cette résolution est l’occasion de renouer avec la politique de l’équilibre qui a fait de la France un Etat renommé et respecté sur la scène internationale.

 

Les élus « Les Républicains » protègent une organisation islamiste : leurs électeurs doivent le savoir !

Communiqué de presse de Marion Maréchal-Le Pen, député de Vaucluse, présidente du groupe Front national au Conseil Régional de PACA – Mercredi 27 avril 2016

Les élus « Les Républicains » protègent une organisation islamiste : leurs électeurs doivent le savoir !

Le 8 avril dernier au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, le Front National a proposé à l’ensemble des élus d’adresser un vœu au gouvernement demandant la dissolution de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF). Bien implantée dans notre région, cette association est l’émanation en France de la mouvance islamiste des Frères Musulmans, une organisation interdite dans plusieurs pays musulmans, à cause de ses liens avec des entreprises terroristes et de l’antisémitisme de beaucoup d’entre eux.

A l’image de leur chef de file Christian Estrosi, les élus régionaux « Les Républicains » pratiquent le double langage : sur les chaines nationales et dans leur circonscription, ils disent combattre l’islamisme ; dans l’hémicycle régional, ils ont tous, sans exception, voté contre notre initiative. Ils ont préféré reculer, une fois de plus, face à l’islamisme, plutôt que de combattre cette idéologie dangereuse pour la France et les Français.

Les élus Front national dénoncent ces élus privilégiant leurs intérêts électoraux au détriment de la sécurité nationale.

Dans les jours à venir, nous lancerons une campagne auprès des habitants de la région PACA, afin de les informer que leur maire, leur député ou leur conseiller municipal choisit de protéger des islamistes plutôt que les Français.

L’aveu : les élus estrosistes refusent de demander la dissolution de l’UOIF islamiste !

L’aveu : les élus estrosistes refusent de demander la dissolution de l’UOIF islamiste !

(Communiqué du 09/04/2016)

Voici à peine deux semaines, Christian Estrosi s’était laissé aller à réclamer la dissolution de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), organisation islamiste notoirement liée aux Frères Musulmans. Il réagissait en fait à l’intervention de Marion Maréchal-Le Pen et Stéphane Ravier contre un rassemblement de cette organisation à Marseille.

Hier, à l’occasion de l’assemblée plénière du Conseil régional de PACA, le groupe Front National a donc décidé de prendre Christian Estrosi au mot et de réclamer, à travers un vœu, que le Conseil régional dans son ensemble se positionne en faveur de la dissolution de l’UOIF, organisation considérée comme liée à des entreprises terroristes par certains pays musulmans (comme les Emirats Arabes Unis).

Dans une énième volte-face, Christian Estrosi a appelé ses élus à rejeter ce vœu. Il s’est même livré à un incroyable plaidoyer en défense de l’UOIF ! Les imams UOIF avec lesquels Christian Estrosi travaille très étroitement à Nice (où deux mosquées de l’organisation islamiste sont installées dans des locaux municipaux), doivent se sentir soulagés.

Au-delà de ce vote incompréhensible et de la duplicité permanente de Christian Estrosi, la cécité de ces responsables politiques vis-à-vis de la poussée islamiste, et les compromissions de certains avec ces organisations, est particulièrement inquiétante. Tout cela, alors qu’aujourd’hui même le quotidien La Provence titre « Marseille, Molenbeek en puissance ? » !

Marion Maréchal-Le Pen

Député de Vaucluse

Présidente du groupe Front National du Conseil régional de PACA

Modification des règles à l’élection présidentielle : un sauve qui peut antidémocratique du UMPS

[Communiqué]

Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard ont voté contre la proposition de loi organique modifiant les règles applicables à l’élection présidentielle mardi 5 avril.

En modifiant les règles relatives aux signatures des élus habilités à présenter un candidat et au temps de parole dans les médias, la majorité socialiste, soutenue par des Républicains se réfugiant dans l’abstention, porte un grave coup au débat démocratique.
En effet, la publication intégrale des parrainages « au fil de l’eau » expose les élus locaux aux pressions médiatiques, aux combines des appareils partisans et au chantage des barons politiques locaux. L’impossibilité pour l’équipe de campagne du candidat de centraliser les signatures pour les déposer directement au Conseil constitutionnel, constitue un obstacle supplémentaire dressé sur la route de candidatures hors système dépourvues d’un réseau d’élus.

Le remplacement de la règle d’égalité du temps de parole par celle de l’équité au cours de la « période intermédiaire » représente une inquiétante restriction du champ du pluralisme. L’égalité de traitement entre les grands courants d’opinions ne sera respectée à la lettre que seulement deux semaines tous les cinq ans ! L’équité, notion plus ambiguë que l’égalité, est encadrée par des critères subjectifs appréciés par le CSA dont le président est nommé par le chef de l’Etat et ses membres par les deux assemblées. Ces dispositions profitent au candidat sortant et aggravent les risques de musèlement de candidatures qui pourraient gêner les écuries du Système.

L’élection présidentielle est un moment politique attendu par tous les Français : la placer sous la coupe des partis et des sondages dégrade l’esprit qui prévaut à la nature de cette élection mère de la Vème République. C’est pourquoi les députés FN-RBM ont déposé un amendement consacrant l’anonymat des parrainages et ont proposé de préserver les règles existantes en matière d’égalité du temps de parole afin que les courants d’opinions animant notre pays puissent continuer de s’exprimer.

Le préfet doit interdire le rassemblement des islamistes de l’UOIF à Marseille !

Le préfet doit interdire le rassemblement des islamistes de l’UOIF à Marseille !
 
Communiqué du Jeudi 24 mars 2016
 
Les Rencontres Annuelles des Musulmans du Sud doivent se tenir ce dimanche à Marseille, au Parc Chanot. Ce rassemblement est organisé par l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France), association notoirement liée aux Frères Musulmans islamistes.

On retrouve parmi les invités des personnalités telles que le sulfureux Tariq RAMADAN, Amar LASFAR, qui défend l’idée d’une communauté islamique appliquant ses propres lois, ou encore Hassan IQUIOUSSEN. Cet imam a été dénoncé plusieurs fois pour ses propos antisémites et ses déclarations ambiguës sur le djihad.

Alors que les plus hautes autorités de l’État, Manuel VALLS en tête, professent la fin de l’angélisme face à l’islamisme, nous demandons solennellement au préfet des Bouches-du-Rhône d’en faire la démonstration concrète en interdisant ce rassemblement et en affirmant ainsi la fermeté de la République face aux discours de haine.


Stéphane RAVIER

Sénateur des Bouches-du-Rhône, maire du 7ème secteur de Marseille

Marion MARECHAL-LE PEN

Député de Vaucluse, Présidente du Groupe FN du Conseil régional de PACA

Du vin français pour le Tour !

COMMUNIQUÉ DE MARION MARÉCHAL-LE PEN

Ironie du sort, c’est en plein salon de l’agriculture – dont le but est de promouvoir les produits français – que nous apprenons, non sans indignation, que le vin officiel du prochain tour de France sera un vin chilien : la cuvée « Bicicleta ».

Je partage totalement la colère et l’écoeurement des vignerons français, sidérés que l’on puisse oser promouvoir un vin étranger au lieu des leurs à l’occasion d’une grande épreuve sportive française de renommée mondiale et qui, de surcroît, se déroule en partie au milieu de leurs vignes. Il y a des moments où le sens patriotique devrait naturellement s’imposer. Aussi, je demande à l’organisateur, Amaury Sport Organisation, de bien vouloir reconsidérer son choix en optant pour une production nationale.

J’invite également toutes les collectivités, régions, départements, communes, EPCI, qui financent de près ou de loin le tour de France avec les deniers public, à intervenir auprès de l’organisateur afin que son choix, pour le moins surréaliste, ne soit pas maintenu.

Ecrivez-moi