21 mai 2014 webmaster

Le gouvernement déroule le tapis rouge à un djihadiste

Communiqué de presse de Marion Maréchal-Le Pen – mardi 20 mai 2014

Marion Maréchal-Le Pen dénonce la venue très discrète sur notre territoire de Monsieur Abdelhakim Belhadj, reçu début mai au Quai d’Orsay, à l’Institut de Recherche et d’Etudes Méditerranée-Moyen Orient et à Science-Po Paris.

Alors que le Premier ministre clame haut et fort que le gouvernement va régler le problème des djihadistes français, c’est l’ex-numéro deux d’Al-Qaïda que celui-ci invite en France, actuellement responsable de centres de détention en Libye dans lesquels exécutions sommaires et actes de torture sont couramment pratiqués.

Ce n’est pas un hasard que cette visite peu glorieuse ait été aussi peu médiatisée compte tenu des états de services de cet éminent djihadiste : vétéran de l’Afghanistan dans les années 80 aux côtés des Talibans, fondateur du Groupe Islamique combattant en Syrie, responsable d’Al-Qaïda à Bagdad pendant la guerre du Golfe, responsable de l’assassinat de deux députés tunisiens, arrêté en 2003 par la CIA et enfin, suspecté par les autorités espagnoles d’être impliqué dans les attentats du 11 mars 2004 à Madrid.

Abdelhakim Belhadj, aidé en cela par le Qatar et la France, est également l’un des principaux acteurs de l’insurrection de 2011 en Libye qui a débouché sur le chaos que l’on connait. Aujourd’hui à la tête de 25000 hommes, très impliqué dans l’entraînement des djihadistes (dont des français), appliquant la charia dans les zones qu’il contrôle en Libye, il a aussi la mainmise sur les champs pétrolifères libyens. Une raison vraisemblablement suffisante pour que le gouvernement en oublie subitement ses prétendues valeurs et les sacro-saints droits de l’homme.

Ecrivez-moi