Marion Maréchal-Le Pen refuse le traité d'amitié et de coopération avec l'Afghanistan tel que présenté par le Gouvernement

Intervention en séance publique, Première séance du mercredi 25 juillet 2012

Madame la présidente, monsieur le ministre, mes chers collègues, nous sommes appelés à nous prononcer sur un traité d’amitié et de coopération avec l’Afghanistan – permettez-moi au préalable une pensée émue et patriote pour nos soldats français morts en Afghanistan.
Il me semble particulièrement paradoxal qu’au lendemain d’une discussion sur le harcèlement sexuel, et après vos discours de campagne sur la parité, vous nous proposiez un accord avec un pays dont le moins que l’on puisse dire est qu’il n’est pas en pointe sur les droits des femmes…
Je ne suis pas sans connaître les intérêts stratégiques que représente l’Afghanistan ; mais permettez-moi d’émettre un doute quant à l’honnêteté intellectuelle du texte qui nous est présenté.
Ainsi, il est fait allusion, en référence à l’État français et à son homologue afghan, aux « liens d’amitié anciens et profonds qui unissent leurs peuples ». Je serais curieuse de savoir ce qu’« anciens » veut dire pour les rédacteurs de ce traité, les premiers accords de coopération ayant été signés en 1963 pour la santé, en 1966 pour la culture et la technique et en 1969 pour l’agriculture.
Ensuite, il est annoncé dans l’article 1er que « les autorités compétentes des parties coopèrent sans réserve dans la lutte contre le terrorisme, la criminalité organisée et les trafics de stupéfiants ». Il est certain, mes chers collègues, qu’en termes de crime organisé et de trafics de stupéfiants, M. Karzaï semble être un spécialiste : des dizaines et des dizaines d’articles de presse font état d’une corruption galopante et d’un trafic de drogue à grande échelle en Afghanistan, couverts par les autorités avec lesquelles vous voulez que nous concluions le présent traité !
Pour ne prendre qu’un exemple récent, l’Express égrenait cette semaine les affaires du clan Karzaï, comme celle de la Kabul Bank – un détournement de 900 millions de dollars qui a mis l’établissement en quasi-faillite. La situation y est ainsi résumée : « Depuis son arrivée au pouvoir, le président n’a cessé de renforcer le poids de son clan ; en dix ans, les Karzaï sont devenus très riches, ils constituent aujourd’hui une véritable mafia. » À tel point que le Congrès américain a demandé aux autorités d’enquêter sur « le montant des fonds publics volés et détournés » dont auraient bénéficié le président Karzaï et sa famille.
À ceci s’ajoute le manque de coopération des intéressés. Le New York Times relatait ainsi que « le président Karzaï n’a pas donné suite aux demandes répétées d’enquêtes sur le trafic et la culture du pavot dans la province gérée par feu son frère Ahmed Wali Karzaï ».
Par ailleurs, l’intervention en Afghanistan se solde, sur le plan militaire et politique, par un échec. Les talibans sont toujours plus agressifs ; les zones dites sécurisées sont systématiquement attaquées ou sont le théâtre d’attentats meurtriers ; l’armée nationale afghane est profondément infiltrée.
Rien ne nous garantit que les autorités actuellement en charge survivront au départ des troupes de l’OTAN. Et pourtant, le présent traité nous demande d’envoyer médecins, ingénieurs, personnels techniques, enseignants et gendarmes. Monsieur le ministre, mes chers collègues, est-il bien sensé d’exposer ainsi, sans protection efficace, des citoyens français ?
Dans l’article 8 du traité que vous nous soumettez aujourd’hui, on lit encore : « Une attention particulière est portée à la protection des droits des femmes et leur accès à la justice ». Est-ce pour soulager votre mauvaise conscience ou plutôt celle du précédent gouvernement qu’un pareil article a été inscrit ? Tout le monde sait dans cette assemblée qu’il est purement cosmétique.
Le même article 8 évoque l’appui de la France dans « le renforcement de l’état de droit ». Oserai-je rappeler que M. Karzaï a été élu au terme d’une fraude massive ? Dans une dépêche de L’AFP, le représentant spécial de l’ONU, Kai Eide, a confirmé des fraudes « considérables » dans un « certain nombre de bureaux de vote ».
Gilbert Collard et moi-même ne voterons pas le présent traité. Non pas que nous méprisions le peuple afghan, non que nous méprisions les intérêts stratégiques de notre pays, non que nous voulions nier l’influence culturelle de la France, mais simplement parce qu’il y a des limites à la tartufferie.
La représentation nationale, en définitive, n’a pas à ratifier un traité qui risque de rester une simple déclaration de principes.
Je regrette l’absence du ministre des affaires étrangères : je l’aurais invité à se replonger dans l’œuvre de Rudyard Kipling qui, dans son poème prophétique Arithmétique sur la frontière afghane, mettait en garde ses compatriotes contre les redoutables combattants afghans.

Ecrivez-moi