Inauguration du local de campagne du Pontet

Vendredi 17 janvier, en fin d’après-midi, Joris Hébrard, tête de liste du RBM pour les municipales au Pontet, inaugurait le local de campagne aux côtés de Marion Maréchal Le Pen. Une cinquantaine de personnes s’étaient déplacées pour l’occasion. Dans un premier temps, Joris Hébrard a évoqué les principales problématiques auxquelles sont confrontés les pontétiens, au premier rang desquelles, l’insécurité omniprésente dans cette commune de près de 17000 âmes. Marion Maréchal-Le Pen a ensuite commenté l’actualité et notamment la venue en Vaucluse de messieurs Valls et Montebourg qui s’apparente davantage à une croisade anti patriotes qu’à une démarche visant à améliorer la sécurité ou l’économie vauclusiennes.

La permanence de campagne du Rassemblement Bleu Marine se situe au 23 rue Mistral, quartier du pigeonnier au Pontet. Contact: 06 29 96 73 34

_IGP9328

_IGP9330

_IGP9331

Tournée électorale de M. Valls et M. Montebourg aux frais du contribuable

Communiqué de presse de Marion Maréchal-Le Pen – 17 janvier 2014

Le ministre de l’intérieur, Manuel Valls, et son homologue du développement productif, Arnaud Montebourg, découvrent l’existence du Vaucluse et de ses problèmes, à deux mois des municipales, en organisant une visite aussi hypocrite que militante ce vendredi.

Les quatre villes choisies pour ce parcours ministériel ne laissent pas de doute sur les intentions du gouvernement : faire sa tournée électorale dans des villes où le Front National a toutes ses chances de l’emporter. Carpentras, Sorgues, Orange et Avignon. Devons-nous voir dans ce choix les futures victoires du Front National ?

Non content de me prévenir la veille pour le lendemain de sa visite, ce qui est fort peu respectueux de la part d’un ministre brandissant le mot « République » et « démocratie » à longueur de journée, M. Valls se permet d’insulter une part non négligeable des électeurs en traitant le Front National «  d’illuminé ».

Dans ces conditions, je n’ai pas souhaité m’associer à cette démarche électoraliste où la volonté de résoudre les problèmes d’insécurité et de désindustrialisation du département est tout à fait secondaire pour Messieurs Valls et Montebourg.

M. Valls apprendra à ses dépens qu’en territoire vauclusien, les habitants sont fortement hostiles au laxisme judiciaire de la gauche, à leur politique d’immigration massive et incontrôlée dont ils sont victimes au quotidien à travers la montée de l’insécurité et du communautarisme.

De la même manière, M. Montebourg pourra constater les ravages que la politique fédéraliste d’ouverture totale des frontières  a faits dans ce département et en particulier dans le secteur des fruits et légumes, du BTP ou de l’industrie.

Sans liste aux municipales 2014, pas d’élus ! Sans élus, pas de changement !

Chers Vauclusiens,

Vous souhaitez vous engager et rejoindre la liste du Rassemblement Bleu Marine de votre commune ? Remplissez notre formulaire !

En effet, en mars prochain, vous aurez le pouvoir de changer le visage de nos villes et villages. Dévasté, notre territoire vauclusien souffre des nombreux élus de l’UMPS qui sont là, non pas pour vous servir mais pour se servir.

La conquête des municipales n’est pas un espace à négliger. Les municipalités disposent de leviers importants pour agir concrètement auprès de vous : écoles, culture, patrimoine, subventions, locaux municipaux, urbanisme, paysage, fiscalité… Les candidats du Front National et du Rassemblement Bleu Marine représentent la seule force salvatrice permettant d’entamer la libération du Vaucluse. Car oui, nous sommes des résistants. Quelle ambition avons-nous pour les municipalités en Vaucluse ?

Les écoles ne doivent plus être des garderies mais des lieux d’instruction propice à l’apprentissage des savoirs. Il faut fédérer les parents d’élèves, exaspérés par les dérives du politiquement correct, sévissant jusque dans nos écoles, où les idées fumeuses de la théorie du genre ou l’histoire-propagande se propage. Les cantines scolaires doivent, ainsi, être des lieux de stricte neutralité où se cultive notre richesse culinaire locale et l’éveil au goût de nos enfants.

Les mairies sont les lieux de passages de toutes les étapes essentielles à la vie. Pour autant, elles ne sauraient être un simple lieu de passage administratif. Le respect de nos morts doit être une priorité au sein de cimetière municipaux entretenus et dignes, localisés ailleurs que dans des zones industrielles ou des déchetteries, protégés des vandalismes et dégradations de ces dernières années.

Les campements Roms illégaux doivent être combattus avec la plus grande fermeté en raison des nuisances sonores, sanitaires et des dégradations qui les accompagnent. Le maire est un acteur important en la matière, la loi lui conférant la compétence d’officier de police judiciaire.

Les subventions ne doivent plus être un outil destiné à financer la propagande du politiquement correct et autres lobbys communautaires. Les deniers publics doivent être gérés avec rigueur et la dépense doit se justifier d’un intérêt impérieux pour la vie de la cité. Assez de gâchis ! Il faut maîtriser la dépense publique en supprimant les dépenses nuisibles. Dans le même esprit, les locaux municipaux doivent être attribués dans une totale transparence, en veillant à l’expression d’une réelle pluralité de la vie associative locale.

Il faut valoriser le patrimoine et l’identité locale. La culture ne doit plus être l’apanage de la propagande d’idéologues qui nous dicte ce qu’est l’art jusqu’à l’absurde du sens commun. Il faut cesser d’accepter le sectarisme d’un pseudo-art et s’atteler au vaste chantier de la valorisation de la diversité artistique et patrimonial du pays vauclusien. Dans cet esprit, les fêtes populaires et les traditions doivent être encouragées ; la municipalité doit être un acteur de ce ré-enracinement, facteur d’un lien social indispensable à la vie dans la cité.

Nos paysages, forgés par notre Histoire millénaire, doivent être sauvegardés pour les générations futures. C’est la plus grande responsabilité du maire : l’urbanisme. Il faut promouvoir une « architecture douce » partout où cela est possible, permettant d’amorcer un changement de tendance après 40 ans d’enlaidissement de nos territoires. Les centres villes et centres villages, souvent abandonnés au profit de la périphérie, sont également des lieux de reconquête, par l’embellissement et l’encouragement du dynamisme économique locale. La ruralité, une richesse essentielle en Vaucluse, doit être à un poumon de développement.

Tout ce beau projet se fera avec vous. Alors, ne soyez plus des observateurs, devenez des acteurs ! Contactez la permanence Front National de Vaucluse (04 90 28 59 46 / 06.79.27.83.32) ou remplissez notre formulaire afin de transformer la cohérence et le bon sens en réalité concrète. Vous n’avez plus à attendre, vous avez l’opportunité de redonner la parole au pays réel et de refuser le choix du déclin des politiques actuelles : saisissez-là, rejoignez les listes du Front National et du Rassemblement Bleu Marine des municipalités vauclusiennes !

signature MMLP

Future liaison Avignon-Carpentras : Marion Maréchal-Le Pen interroge le ministre des transports sur une possible absence de contrôleurs

Question n° 27-00652 : du 05/07/2013

Mme Marion Maréchal-Le Pen appelle l’attention de M. le ministre délégué auprès du ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, chargé des transports, de la mer et de la pêche, sur les conditions de sécurité de la future ligne ferroviaire entre Avignon et Carpentras. En effet, dans un souci d’économie, la direction de la SNCF envisage d’exploiter ce tronçon en l’absence de contrôleurs. Outre la préservation des recettes de la SNCF, c’est surtout la sécurité des usagers qui se trouve compromise par une telle option. Il lui est demandé s’il entend intervenir afin de garantir aux usagers un niveau de sécurité satisfaisant.

Elections européennes 2014 : démenti de Marion Maréchal-Le Pen

Communiqué de presse de Marion Maréchal-Le Pen au journal de “La Provence”

Le journal Le Figaro a publié une brève faisant état de mon intention d’abandonner mon mandat de députée de la troisième circonscription de Vaucluse pour me présenter aux élections européennes en deuxième position derrière mon grand-père l’an prochain.

Publiée dans l’édition du 1er avril dernier, elle s’apparente de fait plus à une farce qu’à une information. J’y apporte ici à nouveau un démenti formel.

Il est donc quelque peu surprenant de voir Mr Ferrand répandre dans tout le Comtat Venaissin cette information parfaitement fantaisiste.

Municipales 2014 : la presse locale en Vaucluse face au défi de l’objectivité

Communiqué de presse de Marion Maréchal-Le Pen

Depuis plusieurs mois, la presse quotidienne régionale en Vaucluse consacre très régulièrement des articles au député UMP de la 5ème circonscription du Vaucluse, Julien Aubert, probable candidat à la mairie de Carpentras.

Consulté et interrogé quasi systématiquement sur les grands sujets du département, il bénéficie d’une couverture très large, relatant notamment ses prises de position à l’Assemblée.

A titre d’exemple, on trouve encore deux articles complets dans les éditions du jour de la Provence et de Vaucluse Matin.  Le premier commence par un concert de louanges, présentant Julien Aubert comme “l’un des dix députés les plus actifs“, “présent dans tous les débats“, “aimant à rendre des comptes à ses électeurs“, etc etc.

Ces articles partisans témoignent d’une méconnaissance du fonctionnement de l’Assemblée nationale : député d’un groupe de 200 élus, Monsieur Aubert n’a qu’à cosigner des textes que d’autres rédigent pour en porter les lauriers.  Un seul exemple : sur les 62 propositions de lois qu’il revendique, comme le rappelle complaisamment l’article, il n’est l’auteur d’aucune !  L’immense majorité ne sera en outre jamais présentée à l’ordre du jour du parlement.

Porter un jugement qualitatif sur un député en comptabilisant bêtement des textes alignés au kilomètre pour faire du volume est bien évidemment inadéquat.

Bien qu’également députée, et donc tout aussi légitime, je fais l’objet d’un black-out total dans la presse locale de Vaucluse depuis plusieurs mois.  Silence pesant sur mes actions parlementaires ou en circonscription, communiqués restant toujours lettre morte, je ne suis jamais interrogée et très rarement citée :  seule la naïveté pourrait laisser croire à une situation fortuite.

Unique députée Front National, je peux revendiquer la paternité du travail de fond que je mène à l’Assemblée.  J’ai eu à cœur d’être présente dans tous les grands débats, consciente de porter la voix de plus de 6 millions d’électeurs.

Je suis enfin présente en circonscription chaque semaine, tenant mes permanences, allant à la rencontre des administrés et m’impliquant dans la vie locale en Vaucluse.

Il serait dès lors bon que la presse fasse preuve de l’objectivité nécessaire dans le traitement des élus, en particulier en vue des prochaines échéances municipales, sauf à vouloir à tout prix créer les conditions d’un scrutin déloyal.

Fraude à la CAF dans le Vaucluse : la goutte d'eau qui fait déborder le vase

Communiqué de Presse de Marion Maréchal-Le Pen

La presse nationale et locale dans son édition du 20 Février, fait état de fraudes aux allocations familiales à la CAF dans le département du Vaucluse, pour un préjudice estimé à 41 622 euros.

La sanction applicable est de trois mois de prison avec sursis autrement dit rien quand on sait que les peines de moins deux ans ne sont majoritairement pas exécutées.

Une goutte d’eau dans un océan de pillage des deniers publics dans un pays où la fraude sociale atteint vingt milliards d’euros par an sans qu’aucune politique volontariste ne soit mise en œuvre pour l’éradiquer.

Pour ramener à l’équilibre la branche budgétaire famille en déficit, le gouvernement préfère envisager de taxer les prestations familiales, en pénalisant une fois de plus les classes moyennes, c’est-à-dire celles qui contribuent largement à la redistribution sociale sans bénéficier, la plupart du temps, des aides qu’elles participent à financer. Le caractère universel des allocations familiales permet de compenser quelque peu l’injustice qui veut que les classes moyennes soient  assez riches pour payer mais trop riche pour être aidées! Une fois de plus, le gouvernement préfère la facilité de l’impôt plutôt que le courage politique!

Marion Maréchal-Le Pen défend les revenus des agriculteurs et dénonce la concurrence déloyale

Communiqué de presse de Marion Maréchal-Le Pen

A l’occasion de la discussion du budget de l’agriculture à l’Assemblée Nationale, Marion Maréchal-Le Pen a voté pour la suppression de l’article 60 après avoir déposé un amendement en ce sens.
Cet article mettait fin à certaines exonérations de charges en faveur des employeurs de saisonniers agricoles.
Le Vaucluse est un département où les maraîchers et les arboriculteurs sont particulièrement concernés par cette mesure destructrice.
Les agriculteurs français subissent déjà de plein fouet les politiques de prix de la grande distribution, des réglementations sanitaires et environnementales parmi les plus dures d’Europe ainsi que la pression des importations en provenance de pays à faibles coûts salariaux, qui ne sont pas tenus au respect de ces normes.
Etait-il indispensable que le Gouvernement socialiste pousse un peu plus nos agriculteurs au désespoir et vers la précarité ?
La démagogie de l’UMP dans cette affaire doit aussi être dénoncée. Ceux qui se présentent aujourd’hui comme les grands défenseurs de l’agriculture française en ont été les bourreaux durant des décennies en votant notamment, il y a quelques mois seulement, un accord de dérégulation des échanges avec le Maroc.

Ecrivez-moi