2 février 2017 Webmaster

Revalorisations retraites agricoles : redonnons du souffle aux agriculteurs et à leurs familles

Marion Maréchal-Le Pen a voté en faveur de la proposition de loi tendant à la revalorisation des pensions de retraites agricoles, jeudi 2 février.

Inférieur à 10% en dessous du seuil de pauvreté, le minimum de la retraite agricole est scandaleusement bas dans la sixième puissance économique mondiale. Le minimum du SMIC à 75% voté en 2002,  mais jamais appliqué par les gouvernements Chirac et Sarkozy, doit être réévalué  à 85% pour pallier une grave injustice à l’égard d’un secteur qui assure la souveraineté alimentaire de la Nation. La facilitation de l’accès au dispositif pour les agriculteurs ultramarins et l’extension des régimes de retraite complémentaire aux salariés agricoles d’Outre-Mer sont bienvenus pour mettre fin à une rupture d’égalité avec la Métropole.

Le déficit de la retraite complémentaire obligatoire (RCO), dû à la diminution constante des actifs du secteur agricole, ne peut plus être supporté par des agriculteurs appauvris par une crise profonde. Son financement ne doit pas incomber aux entreprises du secteur agricole, elles aussi  malmenées par la crise. Assurer le redressement du RCO par une transaction sur les taxes financières est une bonne solution qui devrait être complétée par une taxe sur la grande distribution.

Cette proposition de loi ne doit pas demeurer dans l’incantation électoraliste : les ressources assurant l’objectif de 85% du SMIC, voté dans cette proposition de loi, doivent être réellement mobilisées pour permettre aux retraités de l’agriculture de vivre décemment.

Le financement des retraites des exploitants agricoles et de leurs conjoints doit être globalement refondé au nom de la solidarité nationale et constituer une priorité budgétaire au cœur d’une politique agricole souveraine.

Ecrivez-moi